Votre panier
Langue
Français
Recherche


Wakizashi anciens - Pièces uniques


Wakizashi - Sukekane 

3 900.00 €

Quantité  
  









Wakizashi - Bizen Osafune Ju Yokoyama Sukekane Saku ( 1ère Génération)
"備前長船住横山祐包作
"  Shinshinto – Août 1864

Poids Total0.681 kg
Poids sans saya0.531 kg
Poids Lame nue0.464 kg
Longueur Totale Lame nue (Toshin)
61.1 cm
Nagasa
46.2 cm
Longueur Tsuka 17.2 cm
Sori (courbure)
1.2 cm
Longueure Kissaki
3.4 cm
Moto Haba
2.09 cm
Saki Haba
1.95 cm
Moto Kasane
            A= 0.69 cm
            B = 0.71 cm
Mesures Moto & Saki Kasane
Saki Kasane
            A= 0.55 cm
            B = 0.55 cm
Courbure
Torii zori
Type Kissaki
Chū Kissaki (Longueur moyenne)
Structure de la Lame
Shinogi zukuri (vue de coupe en diamant)
Mune
Iori mune (Triangulaire) sans Bohi
Hamon
Nioi Deki, Yakidashi Suguha puis Kobushigata Choji-Midare de l'école Yokoyama avec Ashi et Yo
Hada
Ko Itame (dessin de veines de bois très serrées)
Boshi
O-Maru (retour arrondi en grand cercle)
Nakago
Nakago Ubu (d'origine) de 14.9 cm,
2 Mekugi Ana, Forme Sobota Gata, extrémité Ha Agari Kuri Jiri.
Signé "Bizen Osafune Ju Yokoyama Sukekane Yaku" sur la face Omote et "Genji Gannen 8 Gatsuhi" (Août 1864 - Shinshinto) sur la face Ura.
Yasurime Katte Sagari.
Saya
Shirasaya teinté de 150g d'une longueur de 52.5 cm.
Tsuka
&
Tosogu

(Tsuba,
Menuki,
Fuchi Kashira)
- Tsuka de 43 g en Shirasaya teinté d'une longueur de 17.2 cm.
1 Mekugi Ana avec corne.

- Mekugi en Bambou

- Habaki de 21 g en relief Muji (sans motifs) avec quelques
Kiri Yasuri (traits horizontaux)
Étude
et
Avis de l'Équipe
Fourni avec Oshigata et un certificat Juhotoken Kenkyukai (Certificat d'Osaka par Kobayashi Yukinobu)

Descriptif lame : Très belle lame courte Japonaise de type wakizashi, polissage Japonais. De l'école BizenYokoyama située dans l'ancienne province de Bizen à l'est du Japon (Honshu), actuelle préfecture d'Okayama, au bord de la mer intérieure de Seto et bordée par Mimasaka, Harima et Bitchu. Début de la ligne de trempe typique de la région d'Osaka avec un Yakidashi en Ko-Suguha au départ de la ligne de trempe, ligne droite fine longeant le tranchant (Ha). La grande particularité de la ligne de trempe (Hamon) de ce forgeron Sukekane est le Choji (clou de Girofle) travaillé en forme d'empreinte de poing (Kobushigata Choji-Ba) avec beaucoup d'activité (Ashi, Yo,…).

Ce style de trempe peut parfois se confondre avec celles de Naka Kawachi Kunisuke.

Sukekane : Période Shinshinto, Bunkyu (1861-1864), Wazamono, province de Bizen. De son nom civil « YokoyamaShunkichi », il changea pour « Yokoyama Toshizaemon (Toshiyoshi) ». Il était le fils adoptif de Yokoyama Sukemori et a été formé par le fameux Yokoyama Sukenaga de l'école Shinshinto Bizen, cadet de sang de Sukemori. Il signait avec les compléments « 13ème génération Sukesada » par son affiliation à Shichibei Sukesada de par Sukemori et, comme ici, « 58ème génération Tomonari » par l'affiliation Bizen par Sukehiro. On lui reconnait des signatures datées de 1835 à 1872. Ce Wakizashi présenté daté de 1864 fait donc partie des œuvres tardives de son activité. On retrouve dans ces productions un grain Ko-Itame dense tendant vers le Muji, son travail sur Hamon Choji en Nioi-Deki avec un compact Nioiguchi et son départ en Sugu-Yakidashi (ligne droite et fine sur plusieurs cm).

Affiliation : Pour information, Sukenaga, maitre de Sukekane et fils du forgeron  Sukehira, inscrivait également son affiliation à Tomonari en tant que « 56ème génération Tomonari ». Il fût reconnu comme représentant de la lignée BIzenYokoyama par son père Sukehira à l'adoption du fils aîné, Sukemori, par ShichibeiSukesada.  Sukemori, devenu YokoyamaShichibei, représente la génération intermédiaire, « la 57ème génération Bizen Tomonari », et fût actif durant l'ère Tenpo (1830-1844). Il fût également adopté par la 11ème génération Shichibei Sukesada comme successeur. Cette adoption lui valut de laisser le titre officiel de fils de Sukehiro de Bizen à Sukenaga, son cadet. Il prit alors le nom civil de Yokoyama Shichibei, et Sukesada en nom de forgeron.

On remarquera que ces compléments de signature ont été aussi utilisés par d'autres forgeron de Bizen, ainsi, la liste complète est Sukesada, Sukenaga et Sukenori pour la 56ème génération ; par Sukenaga (2ème) et Sukemori pour la 57ème ; Sukekane et Sukeyoshi pour la 58ème génération.

Sukehira, père de Sukenaga et Sukemori, grand-père de Sukekane, fût le commencement de la branche Shinshinto Bizen Yokoyama. 5ème génération après Sazaemon Sukesada, cadet de la famille, il utilisait au début Sukesada puis changea en Sukehira. Il reçut le titre honorifique de « Ise No Kami ». Il étudia la tradition Soshu sous Motohira de la province de Satsuma, ce qui est peu habituel pour un forgeron de Bizen.

Bizen , particularités : L'école YokoyamaBizen est issue de la lignée ancienne Ko-Bizen, réputée pour ces maitres de renoms. Une particularité essentielle de ces forges de Bizen provient de d'un élément local, l'acier appelé « Tetsu Bizen » (Acier de Bizen) qui était particulièrement pur et de haute qualité. Le sable y était aussi abondant car proche de la mer. Aussi les rivières Asahigawa et Yoshigawa, très pures, alimentaient les forges. Et enfin les forêts environnantes très boisées approvisionnaient les fours en charbon.  Tous ces facteurs et sa situation géographique, sur la grande route du « Sanyodo », en ont fait un haut lieu de forge aux conditions idéales. En Complément de « Bizen », Sukekane grave également le nom du village reconnu de Osafune situé près de la ville d'Okayama, plus précisément, entre Bizen et Setouchi, le long de la rivière Yoshii. Il existe d'ailleurs un musée du sabre « BizenOsafune » situé à Setouchi.

Tomonari : Historiquement, Sukekane fait référence à Tomonari, forgeron du 10ème siècle, période Heian. Tomonari faisait partie des 3 grands forgerons de l'époque avec Masatsune de Bizen également et Sanjo Munechika de Yamashiro. Ils furent les précurseurs des lames Japonaises tel qu'on les connait aujourd'hui avec un seul tranchant trempé et courbées. L'école Ko-Bizen fût l'une des plus prolifiques de la période Heian, les productions de la Ko-Yamashiro sont plus rares. Le fondateur de la Ko-Bizen se nomme Sanenari mais il n'existe aucun sabre existant. Tomonari, dont on a retrouvé quelques œuvres, était son fils et fût alors considéré comme fondateur attitré de l'école. Sukekane fait donc référence à cette lignée dans son complément de signature « 58ème génération Tomonari ».

Ces générations ont conditionné les fondations des maîtres de Bizen pour le millénaire suivant. Il faut aussi garder en tête que ces productions de l'époque étaient des outils de guerre, beaucoup ont été utilisées, usées, endommagées, détruites et modifiées. Ils ne restent plus que peu de traces et d'exemples encore existants.

Il semblerait ensuite que l'école Ko-Bizen continua à perdurer jusqu'à l'époque Kamakura en parallèle de l'émergence du groupe Ko-Ichimonji qui donna les branches Fukuoka et YoshiokaIchimonji. Il existe plusieurs théories sur les dates et coexistence de ces dernières avec Ko-Bizen."



Page en favoris
  Retour

Le Magasin
Le

Magasin

Newsletter
Inscrivez vous à notre newsletter.
Je m'abonne
Je me désabonne



Croix Rouge

Site réalisé avec PowerBoutique - solution pour créer un site web