Langue
Français

Accueil > Katana & autres 刀 > Katana anciens - Pièces uniques > Katana - Teiryusai Munehiro (Sokan) - Sur demande

Katana - Teiryusai Munehiro (Sokan)

Katana anciens - Pièces uniques


Katana - Teiryusai Munehiro (Sokan) - Sur demande 


Sur demande

Sur demande
  














Katana - Sokan "Munehiro" (Tairyusai Munehiro) "泰龍斎宗寛"
Shinshinto (1854-1868.) - daté février 1863
Avec Shirasaya, 2 Certificats NBTHK pour la lame et le Koshirae, et Housse Brocard en soie
Certificat NBTHK n°1007989 enregistré le 29/11/2017 pour la lame et écrit le 15/03/2018
Certificat NBTHK n°2004890 enregistré le 30/04/2018 pour le Koshirae et écrit le 10/05/2018

Poids Total
1.043 kg (Shirasaya)
1.223 kg (Koshirae)
Poids sans saya
0.789 kg (Shirasaya)
0.982 kg (Koshirae)
Poids Lame nue
0.689 kg
Longueur Totale
Lame nue (Toshin)
89.3 cm
Nagasa
69.95 cm
Longueur Tsuka
23.2 cm (Shirasaya)
23.7 cm (Koshirae)
Sori (courbure)
1.3 cm
Longueur Kissaki
2.7 cm
Moto Haba
2.93 cm
Saki Haba
1.98 cm
Moto Kasane
            A= 0.63 cm
            B = 0.72 cm
Mesures Moto & Saki Kasane
Saki Kasane
            A= 0.42 cm
            B = 0.45 cm
Courbure
Tori-zori
Type Kissaki
Chū Kissaki (longueur Moyenne)
Structure de lame
Shinogi zukuri (vue de coupe en diamant)
Mune
Iori mune (Triangulaire)
Hamon
Ko Gunome Choji Midare avec Ashi (Style Bizen)
Hada
Ko Mokume très serré donnant l'impression d'être presque Muji
Boshi
Taki no Otoshi (Midare Komi avec long retour)
Nakago
D'une longueur de 19.9 cm, 1er cm en Kiri puis Katte Sagari.
De forme Ubu, 1 Mekugi Ana, Ichimonji Gata, Ha Agari Kuriji ( U Dissymétrique).
Omote Mei : "泰龍斎宗寛造之" "Tairyusai Munehiro Tsukuru Kore"
Ura Mei : "文久三年二月日" Février de la 3ème année de Bunkyū (1863)
Saya
253 g pour le Shirasaya, 237g pour le Koshirae avec Sageo en soie bicolore blanc et bleu, laque Aka Ishime, motifs de Neige, Lune et Fleurs (雪月花)
Tsuka
&
Tosogu

(Tsuba,
Menuki,
Fuchi Kashira)
- Tsuka Shirasaya de 74g, 237g pour le Koshirae,
Tsuka Maki en soie noire, Same blanc

- Seppa : 5g x 2 crénelées en Laiton

- Habaki : 23g, Neko Gaki serrée en Cuivre recouvert de laiton.Habaki légèrement ouvert.

- FuchiKashira : signé Jakushi “若芝” en style Sousho sur le Fuchi, représente un paysage lié au bouddhisme. “草庵風景” paysage de paillotte dorée dans le vent.

- Tsuba : 131g, 7.58 cm x 8.5 cm x 0.35 cm, Maru Kaku Gata, en bronze, et incrustation d’or, avec Kosukashi, Takabori et Nunome Zogan. Motifs de Neige, Lune et Fleurs (雪月花), repris sur la laque du saya.

- Menuki : 藤紋三双 Motif de triple couronne d’armoirie de Glycine (Fujimon San Soû).

- Kojiri : motif de paysage pluvieux“驟雨風景” (Shū u Fukei)

- Tosogu : Certificat NBTHK Tokubetsu, École Jakushi “若芝” de la province de hizen, fondée par Jakushi Fukyoshi (1628-1707). Ici la 8ème génération (durant l’ère Edo), utilisant les techniques de Takabori (ciselage à haut reliefs), Nunome Zogan (technique de forge par superposition), Zogan (techniques d’incrustation), Kosukashi (ajourage partiel de la tsuba)
Étude
et
Avis de l'Équipe
Étude :Tairyûsai Munehiro (泰龍斎宗寛), surnommé ‘Sokan’(宗寛), est connu comme le meilleur élève de Koyama Munetsugu  (固山宗次) et reconnu comme un des meilleurs forgerons Shinshinto.  Il forgeait dans la tradition Bizen Den, avec de magnifiques lignes de trempes de type Ko Gunome Choji et un grain très serré. Tairyusai Munehiro est né au début de l’ère Bunsei, vers 1820, fils d’un certain Ono Heizo, et vivait près de la rivière Abukumagawa (阿武隈川) à Shirakawa, dans la province de  Mutsu, actuelle Fukushima. Ces premières œuvres connues apparurent vers 1847, sous le nom de forgeron « Abukumagawa Sokan ».  C’est à partir de l’ère Kaei, dans les années 1850, qu’il s’installa sur Edo (Tokyo) pour étudier sous le célèbre Koyama Munetsugu. En 1854, il prit officiellement le nom d’artiste (go) « Tairyusai ». Il devint membre du Koyama Munetsugu Mon (固山宗次門) quand il vivait dans le quartier Hokozaki-Cho de Fukagawa à Tokyo. Il travaillait alors pour le fief de Furukawa de la province de Shimosa et développa son propre style. Ses lames étaient reconnues pour leur tranchant, de nombreux exemples de tameshimei (test de coupe) se retrouvent sur ses Nakago, classé Jo-Saku. Il mourut en 1883.Sôkan a également développé des qualités de graveur exceptionnelles qui font de lui un des artistes de premier plan de cette époque en Horimono. Munetsugu avait recours à ses compétences pour ses propres lames. Ses qualités de graveur se retrouvent déjà sur le travail des coups de limes (Yasurimei) sur les Nagako, reconnaissables par la constance et la perfection des tracés effectués.

Avis de l’Équipe : Somptueuse lame très tranchante,avec Koshirae d’exception, d’un des plus grands forgerons Shinshinto (XIXème siècle). Un ensemble magnifique !



Page en favoris
  Retour

 référencer son site e-commerce