Langue
Français

Accueil > Katana & autres 刀 > Katana anciens - Pièces uniques > Katana - Gendaito - Nidai Minamoto Yoshichika - Vendu


Katana anciens - Pièces uniques


Katana - Gendaito - Nidai Minamoto Yoshichika - Vendu 


Vendu

Vendu
  













Katana Gendaito
« Nidai Minamoto YoshichikaSakuKore » 二代源良近作之
Lame du début de l'ère Showa (fin des années 1930 environ)

Poids Total
1.321 kg
Poids sans saya
1.078 kg
Poids Lame nue
0.725 kg
Longueur Totale
Lame nue (Toshin)
84.9 cm
Nagasa
67.2 cm
Longueur Tsuka
25 cm
Sori (courbure)
1.2 cm
Longueur Kissaki
2.6 cm
Moto Haba
3.1 cm
Saki Haba
1.9 cm
Moto Kasane
            A= 0.70 cm
            B = 0.76 cm
Mesures Moto & Saki Kasane
Saki Kasane
            A= 0.55 cm
            B = 0.60 cm
Courbure
Koshi-zori
(Courbure sur le premier tiers de la lame)
Type Kissaki
Ko Kissaki (longueur Courte) avec Fukura  peu courbé (typique Yoshichika Ikubi Kissaki)
Structure de lame
Shinogi zukuri (vue de coupe en diamant)
Mune
Iori mune (Triangulaire)
Hamon
Gunome /Midare en Nioiguchi
1 Kirikomi léger (trace de coup sur le tranchant)
Hada
Koitame (très fin) (avec légères traces d’oxydation en surface)
Boshi
Ko-Maru
 Bo-Hi Gorges sur les deux côtés. Kaki Nagashi (prolongement sous le habaki).Kissaki Agaru (Prolongement après le Yokote).
Nakago
17.8 cm, Ubu (d’origine) Signé « Nidai Minamoto Yoshichika Saku Kore » 二代源良近作之 sur face ura. Forme Ichimonji Gata (Futsu Gata), extrémité en Kurijiri (forme de U)
1 Mekugi Ana, Keshô Yasurime (de biais)
Saya
240 g 74.7 cm de long, Koiguchi, Kurigata, Kojiri en corne. Saya couleur Pourpre/cramoisi (sombre) avec fils de laiton torsadés incrustés. Renfort en corde entre le Koiguchi et le Kurigata.
Tsuka
&
Tosogu

(Tsuba,
Menuki,
Fuchi Kashira)
-    Tsuba : 121 g 7.6 x 7.15 x 0.53 cm Naga Maru Gata (forme ovale), Maru mimi (bords arrondis), signée « Masayoshi » 正義. Motifs floraux en Sukashi fin (Odawara Sukashi) et herbes finement ciselées Masayoshi Kofu tsuba, artisan autour de 1800 (époque Edo). Kofu est proche de Tokyo, il faisait partie de l’école Edo Ito.

-    Habaki : 27g cuivre argenté relief Nekogashi
-    Seppa : x3 18g 6g/seppa

-    Tsuka : 179g de 25 dcm, Same de grande qualité blanc, Tressage Hineri Maki avec Shonin Zuka (Menuki apparents) en soie noire patinée

-    Menuki : sublime menuki chevaux avec crinières, sabots et tâches dorées.dans le style de l’école Goto.

-    Fuchi Kashira : Kashira cuivre sans motifs
-    Fuchi aux motifs de pins et cheval.
Étude
et
Avis de l'Équipe
Étude :
Yoshichika : Il a existé 2 générations de Yoshichika durant Meiji, originaires de Tokyo. Cette lame a été réalisée et signée par le ‘Nidai’, la seconde génération. Ces 2 générations, Shodai et Nidai vécurent durant la première partie du 20ème siècle et forgèrent à partir de l’ère Taishō (1912-1926), jusqu’aux années 40, durant la seconde guerre mondiale.
Le Shodai Yoshichika, de son nom civil Mori Hisasuke, était reconnu comme descendant de la lignée du fameux Sanjo Munechika de la province de Yamashiro (10ème siècle). Cette affiliation n’a malheureusement pas pu être établie formellement mais l’excellence de son travail permettait de l’admettre. Il forgeait dans la tradition de Bizen, avec des lignes de trempe de type gunomeChoji.
Il n’en est pas moins que ces deux forgerons étaient très réputés pour le tranchant exceptionnel de leurs lames, au point qu’ils forgeaient officiellement pour les gardes de la cour impériale.
Autre gage de qualité, leurs lames étaient exclusivement testées en tameshi-giri par Nakayama Hakudo Sensei (1872-1958), sabreur d’exception et fondateur de l’école Muso Shinden Ryu. Nakayama Hakudo fût très proche de Yoshichika, et il est établi qu’il testa la plupart de leurs lames.
Pour l’anecdote, Nakayama Hakudo procéda à un test de coupe sur une carcasse de cochon, avec pour but de couper les hanches en une coupe. Il réalisa parfaitement cette coupe devant le vice-Amiral Oyamada pour démontrer le tranchant exceptionnel du katana… qui s’avéra être une production de Yoshichika !
C’est alors que le vice-amiral Oyamada décréta que les gardes impériaux devaient avoir des lames faites par Yoshichika et testées 7 fois par Nakayama Hakudo.
Pour ces raisons, les forgerons Yoshichika étaient considérés comme faisant partie des meilleurs forgerons du début du 20ème siècle, aussi car à cette époque, la forge traditionnelle n’était plus pratiquée que par un petit nombre d’artisans, ce depuis l’industrialisation du Japon de l’ère Meiji.
Ce n’est en effet qu’à partir des années 1930 qu’une ‘société’ (association) de préservation de la forge traditionnelle (NippontoTanrenkai) fût officialisée et permis de relancer cette tradition.
La seconde génération forgea en partie durant l’ère Showa (1926-1989), et certaines de ces lames se retrouvent sur des Gunto, Katana militaires, de la seconde guerre mondiale. Il existe assez peu de lames de ce forgeron mais il est établi qu’elles furent aussi testées par Nakayama Hakudo Sensei.

Avis : Lame dans son jus, Koshirae réajusté : Koiguchi, Kojiri et Kurigata. Lame Gendaito très intéressante d'un point de vue historique, et technique.



Page en favoris
  Retour

 référencer son site e-commerce