Langue
Français


Wakizashi anciens - Pièces uniques


Wakizashi - Fujiwara Saneyuki 

4 900.00 € 

Quantité  
  
 


 

 

 
 
 
 
 

Wakizashi - Fujiwara Saneyuki
藤原實行 - Shinto - Kanbun
 
 
Poids Total 0.941 kg
Poids sans saya 0.723 kg
Poids Lame nue 0.471 kg
Longueur Totale Lame nue (Toshin) 65.6 cm
Nagasa 52.1 cm
Longueur Tsuka 17.2 cm
Sori (courbure) 1.5 cm
Longueur Kissaki 2.80 cm
Moto Haba 2.91 cm
Saki Haba 1.88 cm
Moto Kasane                     A = 0.56 cm
                    B = 0.70 cm
Mesures Moto & Saki Kasane
Saki Kasane                     A = 0.41 cm
                    B = 0.48 cm
Courbure Torii zori (Courbure centrale) avec Funbari Léger
Type Kissaki Ō Chū Kissaki (Moyen)
Structure de la Lame Shinogi zukuri (en diamant)
Mune Iori mune (Triangulaire)
Hamon Gunome Choji Midare avec départ type Yakidashi,
Présence de Nijuba, Ashi, Yo et Sunagashi fin.
Hada Ko Itame / Masame très fin.
Boshi Ko Maru Kaeri avec trempe large
Nakago Ubu (d’origine), signé sur Omote ‘藤原實行’ Fujiwara Saneyuki,
Longueur 13,5 cm, 2 mekugi Ana, Forme classique Futsu Gata,
Yasurime Katte Sagari sur les flancs (très légèrement incliné),
Yasurime Sujikai sur Mune et Ha (Incliné),
Extrémité type Kuri Jiri en Iriyama Gata Jiri (V Dissymétrique).
Saya Poids : 214g, Longueur 56,4 cm, laque brillante Marron dorée, Sageo polyester bicolore Marron et dorée, Koiguchi et Kurigata en corne avec Shitodome dorés, Extrémité du Saya arrondi, emplacement Kogatana.
Tsuka
&
Tosogu

(Tsuba, Menuki,
Fuchi Kashira)
- Tsuka : Poids 107 g, Longueur 17,2 cm, Same Blanc entier,Tressage soie noire Tsumami Maki
- Menuki : en Sentaku, Motif de Dragon
- Fuchi Kashira : Motifs Shishi (Komainu) dorés sur fond Nanako patiné
- Habaki : Poids 30g, Cuivre recouvert feuille d’argent, Sans motif sur les flancs (Muji), Nekogaki sur Mune et Ha.
- Seppa : 2 Seppa cuivre dorés, crénelage arrondi fin, poids total 10g.
- Tsuba : Poids 101 g, Dimensions 7,02x7,41x0,47cm, Forme Kawari Gata (épousant le motif), Motif de Feuilles en technique Sukashi et Nikubori avec traces de liserés dorés, Typique école Kinai.
Étude
et
Avis de l'Équipe
Étude :
Saneyuki, forgerons de la Province de Bungo Takada, Kyushu, époque Kanbun, début Shinto.
Cette lame est identique aux productions du Forgeron Saneyuki de l’époque Kanbun. Un très bel exemple avec test de coupe est d’ailleurs disponible sur internet. La signature est par contre légèrement différente, il pourrait s’agir d’une attribution tardive. Mais toutes les caractéristiques techniques sont identiques, Sugata, Hamon, Yasurime, Kurijiri…

A savoir qu’il a existé plus d’une dizaine de Saneyuki à Bungo, répartis sur les périodes Koto et surtout Shinto. La lame présentée ici est issue des premières générations de Shinto Saneyuki. Il y eut 2 générations, de 1615 à 1672, avec le père « Kyuzaburo » et le fils « Shozaemon ».

La lame présentée semble être le travail du fils dont la période d’activité est Kanbun (1661-1673). Son travail est reconnu pour un Hada en Ko-Itame, des Gunome Choji en ko-Nie-Deki avec un large Nioi Guchi, le Boshi est souvent classique avec un Ko-Maru-Kaeri.
 
L’École Fujiwara Takada :
Les forges situées dans la province de Bungo (豊後) à Kyushu (Ouest Japon), sont connues depuis l’époque Heian (794 – 1185). L’école Bungo Takada commença durant la période Kamakura (1185-1333) et se développa particulièrement durant la période Muromachi (1336-1573).
La province de Bungo est reconnue historiquement pour ses excellents forgerons de l’époque Koto comme Yukihira (行平), ou Sadahide (定秀). Ce dernier était également prêtre au temple Hikosan à Fukuoka, Kyushu.

L’école Takada, également appelée Bungo Takada (豊後高田), fût officialisée par Tomoyuk i(友行) dans la ville de Takada durant la sous-période Nanbokucho (1336-1392), au début de la période Muromachi, période de guerres incessantes.

Tomoyuki est considéré comme étant un forgeron de très haute qualité. Les lames de Bungo, bien que peu reconnues et sous-cotées, étaient des lames recherchées pour leur tranchant et leur robustesse, comme la plupart des lames de Kyushu. Trois grand forgerons, Muneyuki, Shigeyuki et Yukinaga ont même reçu le titre suprême de « Yoki-Wazamono » pour leurs tranchants remarquables et la capacité de coupe de leurs lames.

Concernant les signatures (Mei), les membres de l’école Takada durant la période Shinto sont aussi appelés « Fujiwara Takada » (藤原高田) car ils utilisaient couramment « Fujiwara » dans leurs signatures.

Il existe ainsi trois grandes périodes des forges de Bungo, Ko-Takada avant Muromachi, puis Sue-Takada (Taira Takada) durant Muromachi et enfin Fujiwara Takada à partir de l’époque Azuchi Momoyama (fin Koto, début Shinto).
 
La province de Bungo :
La province de Bungo est une province située sur l’île de Kyushu, à l’ouest du Japon. Elle est d’ailleurs voisine de celle de Hizen qui vut naître la fameuse lignée de forge Hizen Tadayoshi, également début Edo.
Cette province et celle de Buzen fûrent dirigées par le clan Otomo durant 400 ans, de l’époque Kamakura à l’époque Sengoku. Ce clan fût particulièrement important dans l’effort de guerre pour repousser les invasions Mongoles de 1274 et 1281.
C’est aussi un des premiers clans à entrer en contact avec les Européens et établir des relations commerciales avec eux.
Autre fait marquant, l’arrivée du Jésuite Francis Xavier vers 1549, qui rencontra peu après Otomo Sorin, Shugo des provinces de Bungo et Buzen. Francis Xavier le décrivit comme un « Roi ». Otomo Sorin se convertit alors au Catholicisme en 1578. Ce fut le départ du Christianisme au Japon.
 


Page en favoris
  Retour

 référencer son site e-commerce