Langue
Français


Wakizashi - Bishu Osafune Katsumitsu

Wakizashi anciens - Pièces uniques


Wakizashi - Bishu Osafune Katsumitsu 

4 400.00 €

Quantité  
  












Wakizashi - Bishu Osafune Katsumitsu "備州長船勝光"
Sue Koto - Période Kokitsu ≈ 1440 - XVème siècle (Muromachi)
Suriage (raccourci) - Classement en Jyo Saku / Owazamono - Montage Handachi

Poids Total0.898 kg
Poids sans saya0.620 kg
Poids Lame nue0.373 kg
Longueur Totale Lame nue (Toshin)64.9 cm
Nagasa
51.55 cm
Longueur Tsuka 19.5 cm (avec Kabutogane)
Sori (courbure)
0.88 cm
Longueur Kissaki
3.25 cm
Moto Haba
2.82 cm
Saki Haba
2.6 cm
Moto Kasane
                    A = 0.51 cm
                    B = 0.52 cm
Mesures Moto & Saki Kasane
Saki Kasane
                    A = 0.4 cm
                    B = 0.41 cm
Courbure
Koshi zori / Bizen Sori (en début de lame)
Type Kissaki
Chu Kissaki (Moyen)
Structure de la Lame
Shinogi Zukuri (en forme de diamant)
Mune
Iori mune (Triangulaire)
Hamon
Midare /Gunome choji faible avec pics de trempe de type Uchinoke faisant penser à de l’Hitatsura ou Gunome Togari
Hada
Itame / Masame
Boshi
Koen Face Ura / Ko Maru Face Omote
Nakago
13cm de long, Suri Age, Signé “Bishu Osafune Katsumitsu” “備州長船勝光”, 2 Mekugi Ana, Forme Futsu Gata, Yasurime Kiri Yasuri (horizontal), extrémité Kirijiri
Saya
Saya de 277 g avec Sageo, d’une longueur de 66.4 cm.
Pièces (Kojiri, Koiguchi, Shiba biki, Kurigata) en Montage Handachi 19ème siècle,
laque brillante pailletée (reflets argent/vert),
Sageo Soie noir et blanc alternés.
Kojiri au motif “Hanabishi” (pavot californien)
Tsuka
&
Tosogu

(Tsuba, Menuki,
Fuchi Kashira)
Habaki : 29g en cuivre argenté, Yasurime obliques prononcés

Tsuka de 110 g d’une longueur de 19.5 cm, Montage Handachi 19ème siècle, Tressage Tunami Maki soie noire, Same entier.

Menuki doré, motifs 3 fleurs de Paulownia (3-5-3) appelé “Go San Kiri”, symbole du ministère de la justice.

Tsuba de 95 g 7.4 x 7.5cm forme Aoi Gata (emblème des Tokugawa), bordure Sukidashi, présence Kogai et Kozuka Ana, Motif gravé de liseré et vigne.
Étude
et
Avis de l'Équipe
Étude :
Ecole Sue-Bizen, province de Bizen (Osafune). Fin Muromachi, Sengoku Jidai.Le Village d’Osafune, au cœur de la province de Bizen a été détruit vers 1590 par les inondations et les glissements de boue qui s’y sont associés. Seuls 2 forgerons survécurent à cette tragédie et eurent du mal à survivre et à faire revivre la prospérité de Bizen de l’époque.

Bizen , particularités : Une particularité essentielle de ces forges de Bizen provient de d'un élément local, l'acier appelé “Tetsu Bizen” (Acier de Bizen) qui était particulièrement pur et de haute qualité. Le sable y était aussi abondant car proche de la mer. Aussi les rivières Asahigawa et Yoshigawa, très pures, alimentaient les forges. Et enfin les forêts environnantes très boisées approvisionnaient les fours en charbon.  Tous ces facteurs et sa situation géographique, sur la grande route du “Sanyodo”, en ont fait un haut lieu de forge aux conditions idéales.La tradition “Bizen Den”, commencée à la période Heian, est la plus renommée des 5 traditions de forge japonaise, ayant le plus grand nombre de forgerons illustres. On pense notamment à Tomonari qui a inspiré Masamune.

Avis de l’Équipe :
Très beau Wakizashi en lame raccourcie (Suri Age), harmonieuse ligne de trempe typique de Bizen avec beaucoup d’activité. Montage du sabre classique de type Handachi 19ème siècle. La lame est fine, belle, très tranchante. Présence de quelques légères ouvertures dans l’acier dans le feuilletage du Ji, Kisu habituels.



Page en favoris
  Retour

 référencer son site e-commerce