Votre panier
Langue
Français
Recherche

Wakizashi - Jumyo Ietsugu, Wakizashi anciens - pièces uniques

Wakizashi anciens - Pièces uniques


Wakizashi - Jumyo Ietsugu 

4 200.00 €

Quantité  
  









Wakizashi signé Jumyo Ietsugu "壽命 家次"
Province de Mino, Fin Momoyama - début Shinto

Poids Total
0.869 kg
Poids sans Saya
0.679 kg
Poids Lame
0.487 kg
Longueur lame nue
64.4 cm
Nagasa
50 cm
Longueur Tsuka
15 cm
Sori
0.7 cm
Longueur Kissaki
3.2 cm
Moto Haba2.8 cm
Saki Haba2.6 cm
Moto Kasaneau Mune = 0.62 cm
au Shinogi = 0.7 cm
Saki Kasaneau Mune = 0.45 cm
au Shinogi = 0.49 cm
Courbure
Tori Sori (courbure centrale)
Type Kissaki
Chu Kissaki (longueur moyenne)
Structure de la Lame
Shinogi Zukuri (vue de coupe en forme de diamant)
Hira Niku / Shishi Nashi (flancs légèrement bombés)
Mune
Iori Mune (Triangulaire)
Hamon
Gunome Choji en Nie Deki avec présence de Sunagashi et Kinsuji
Hada
Ko Masame / Itame (très serré)
Boshi
Boshi en Hakikake (dessin du sable éparpillé par un balai)
NakagoSignée "Jumyo Ietsugu" "寿命 家次" sur Omote. Longueur 14.4cm. Présence de 3 Mekugi Ana, ce qui indique autant de montages différents adaptés à plusieurs propriétaires pendant les siècles, témoin de l'ancienneté de la lame.
Extrémité droite de type Kiri Jiri, typique des lames raccourcies.
Forme de la soie classique en Ichimonji Gata ou Futsu Gata.
Particularité, différents Yasurime sur Ura et Kiri Yasurime sur Omote (face signée). Partie inférieure de la soie montrant une oxydation plus profonde, marque d'un raccourcissement et de l'ancienne démarcation entre partie polie et partie oxydée, démarcation appelée Sabigiwa.
Saya
- Saya laqué vert nacré avec Koiguchi et Kurigata en corne, extrémité (Kojiri) arrondie. Présence d'emplacements Kogatana et Kogai Ana.
- Kozuka Cuivré et patiné sur face visible. Motif en gros relief d'un dragon doré dans les vagues aussi appelé Namitatsu. Longueur 9.35cm
- Kogatana signé Sadatsugu 貞次. Une seule face polie révélant un hada en lignes droites de type Masame et une ligne de trempe droite de type Suguha. Longueur de la lame 11.6cm
Tsuka & Tosogu
(Tsuba, Menuki, Fuchi/Kashira)
- Tsuka avec tressage en soie noire de type Tsumami Maki, tresse pincée à chaque croisement. Finition au Kashira avec tressage extérieur de type Tensho Koshirae, montage commun durant la période Tensho à la fin de l'ère Azuchi Momoyama, fin XVIème siècle. Same Naturel de haute qualité avec de gros grains visibles sur face Omote.
- Kashira Noir en corne de buffle partiellement recouvert par tressage extérieur, de type Tensho Koshirae.
- Menuki au motif d'épis de blé, aussi appelé "Inaho"
- Fuchi de type écoles Hikone Soten ou Goto avec surfaçage en Nanako (petit grains) et relief de personnage en train de danser auprès d'un pin japonais (Matsu 松).
- Seppa, paire classique en cuivre.
- Habaki cuivré sans motif "Muji"
- Tsuba avec ouvertures de type Sukashi. Motifs de 5 feuilles de Ginkgo, symbole d'espoir, d'amour et de longévité, et apportant une protection divine. Forme quasi ronde de type Maru Gata et bordure arrondie Maru Mimi. Poids de 76g, dimensions 6.95cm x 7.2cm, épaisseur de 0.48cm
 Étude & Avis de l’Équipe
Il s'agit d'un ensemble de belle facture, le montage est typique de la période Edo et la lame datant de fin Koto - début Shinto est visuellement très belle avec sa trempe en Gunome Choji, très aérienne. Un investissement idéal pour une collection.
La seule incertitude reste sur l'origine du forgeron, aucun Jumyo Ietsugu existant ou connu, notre avis est qu'il s'agit très certainement d'une lame Jumyo raccourcie par un forgeron nommé Ietsugu et qu'il aurait ajouté sa signature. L'ajout d'une signature bien après la fabrication d'une lame s'appelle un Ato Mei. Ici il s'agirait d'un Ato Mei partiel du forgeron ayant modifié la lame et marquant ainsi son intervention.

École Jumyo "寿命"
"Jumyo" veut dire "Longue Vie", ces lames étaient très demandées car considérées comme positives, une croyance voudrait que ceux qui possèdent des lames Jumyo soient touchés par la fortune et la longévité. Ces lames furent ainsi des offrandes idéales en temps de paix. Par temps de guerre, elles furent aussi très réputées pour leur tranchant et capacités de coupe, souvent classées Wazamono.
L’École Jumyo est en fait une longue lignée de forgerons qui ont, pour la plupart, signé leur travail uniquement avec les kanji Jumyo 寿命. Cette lignée existe depuis les premiers jours de la tradition Mino. Ils étaient originellement situés dans le village de Shimizu. Il semble que la première génération (Shodai) venait du Yamato à partir de 1302 et était une des pionnière de la tradition de Mino.
Il a aussi été mis en lien la lignée Jumyo et l'école Toshinaga du village de Kawado, les kanji Toshinaga pouvant se lire Jumyo et inversement, Jumyo pouvant se lire Toshinaga.
Cette école s'est donc développée de l'époque Koto jusqu'à la fin du XVIIIème siècle. La branche principale se sépara en deux grands groupes durant le XVIIème siècle, donnant les lignées Ishikiri et Kondo. A cela s'ajoute aussi la lignée Jumyo d'Owari. issue d'une migration des forgerons Jumyo de Mino vers Owari du temps de Tokugawa Ieyasu. La première génération de cette lignée fut aussi la première de la lignée Ishikiri. La lignée Jumyo Owari compta 5 générations, de 1579 à 1804.

Oshigata et page informative sur la lignée Jumyo





Page en favoris
  Retour

Le Magasin
Le

Magasin

Newsletter
Inscrivez vous à notre newsletter.
Je m'abonne
Je me désabonne



Croix Rouge

Site réalisé avec PowerBoutique - solution pour créer un site web