Votre panier
Langue
Français
Recherche

Lexique Masamune

 

A

AKA : Rouge (Couleur). Exemple : Akagashi, Chêne rouge.

 

AKAGASHI ou Akakashi : Chêne rouge du Japon, est une espèce de chêne, famille des Fagaceae. Elle est originaire du sud du Japon, Kyushu et est utilisé dans la fabrication des armes en bois pour les arts martiaux. Dur, solide, aux fibres serrées, il résiste bien aux contraintes physiques, le chêne de la région du sud Kyushu présente toute les qualités et est coupé après 70 à 80 ans d’âge. Le chêne rouge est un peu plus léger et moins dense que le blanc (Shirogashi).

 

AKI : Automne

 

AO ou Aoi : Bleu (Couleur). Exemple : Zoori Aomaru, Sandales avec sangles bleues

 

B

 

BIWA ou Loquat : Bois Japonais arbre de la famille des Rosacées (tribu des Maleae). Néflier Japonais de Kyushu, plutôt doux, solide et présente une belle surface. On dit que lorsqu’on est frappé par un bokuto en Biwa, on ne sent rien, mais après quelques jours la blessure apparaît. Les Budoka aiment bien relater cette histoire. Le Biwa de la région Kyushu est coupé après 150 à 200 ans d’âge.

 

BU :  Unité de mesure valant 1/10 de Sun ou 1/100 de Shaku soit 0,303 cm. Utilisée pour mesurer le diamètre des Jo et Bo (bâton en bois).

 

BO :  Très long bâton en bois ou en bambou. Un b? de grande taille est parfois appelé un rokushakub?. Ce terme vient des mots japonais roku signifiant six, shaku équivalent à 30,3 centimètres et b?.

 

BOKKEN : « sabre de bois », voir ‘Bokuto’.

 

BOKUTO : « sabre en bois », nom généralement utilisé au Japon pour les sabres japonais en bois reprenant la taille et la forme du katana.

 

BUDO : « la voie de la guerre », bu, signifie la guerre et do, la voie. Appellation des arts martiaux japonais apparus entre le milieu du XIXe siècle et le milieu du XXe siècle. Les budo les plus connus en Occident sont le karaté, le judo, l’aïkido et le kendo. Ce sont les héritiers du Bujutsu.

 

BUJUTSU : Techniques guerrières médiévales, le jujutsu, iaijustu, kenjutsu, etc...

 

BUNA : bois Japonais poussant dans les régions montagneuses d’Hokkaido à Kyushu, à l’écorce lisse de couleur gris-blanc.  Très représenté dans l’art du Bonzaï pour la beauté de son écorce et de ses feuilles. D’un aspect très clair avec des teintes jaunâtres, il est aussi très agréable au toucher et léger d’où son utilisation pour les bokken et surtout les portants de sabre (Katanakake).

 

BUNKAI : terme  signifiant « analyser, décomposer ». Au karaté, il se réfère à l'interprétation d'un kata.

 

C

Chairo : Marron (Couleur). Exemple : Saya Chairoishime, Fourreau marron mât.

 

D

DOJO : « Lieu où se pratique la voie ». Un dojo n'est pas considéré comme une salle de sport ni d'entraînement, mais comme le lieu où est transmis l'enseignement du budo.

 

E

F

FUCHI : extrémités de la poignée. Le fuchi se situe sous la garde. Pratiquement toujours en métal, allant toujours de pair avec le Kashira en terme de décoration.

 

FUKURO : Etuis, Sac. Exemple : Fukuro Shinaï, Shinaï enveloppé de cuir.

 

FUROSHIKI : (quelque chose) étalé au bain », carré de tissu traditionnel utilisé pour emballer et transporter des vêtements, des cadeaux, le bento, etc…

 

G

GETTA ou Geta : chaussures traditionnelles du Japon. Bien que plus rares aujourd'hui, elles sont encore portées avec des vêtements comme les 'yukatas' ('kimono' léger d'été), mais aussi avec des vêtements occidentaux et surtout lors des festivals.

 

H

HABAKI : pièce métallique située à la base de la lame ; elle sert à « verrouiller » le sabre dans le fourreau (saya), à éviter qu'il ne tombe ; pour dégainer, l'escrimeur pousse sur la garde (tsuba) avec le pouce pour faire sortir le habaki du saya et pouvoir tirer la lame.

 

HAKAMA : pantalon large plissé (sept plis, cinq devant et deux derrière), muni d'un dosseret rigide (koshi ita). De nos jours, le très ample hakama est utilisé dans certains arts martiaux comme l'aïkido, le kendo, le iaido, le kenjutsu, l'aïkijutsu et l'aïkibudo.

 

HANBO ou Hambo : littéralement « demi-bo » est un bâton d'environ 90 cm assimilé à la canne de marche (et non au bâton de marche).

 

HAORI : veste qui tombe sous les hanches ou jusqu'aux genoux. À l'origine le haori était porté seulement par les hommes, jusqu'à la période Meiji, où il a été adopté par les femmes. Les haori féminins sont plus longs que ceux des hommes.

 

I

IAITO : réplique non tranchante en métal (un alliage d'aluminium et de zinc), d'un katana. Cette déclinaison du sabre japonais est l'outil d'entraînement des pratiquants de iaido.

 

ISU NO KI : bois Japonais de la famille des distylium racemosum provenant des îles de Ryukyu au Japon. D’un grain fin et doux au touché, d’une couleur rosée, il ressemble au touché du Sunuke (cœur de L’Isu No Ki). La partie utilisée pour la fabrication des bokken est l’aubier (partie entre le cœur et l’écorce) de l’Isu No Ki. 

 

J

JINBEI ou Jimbe : Le jimbe est la tenue de détente estivale des hommes japonais de tout âges, traditionnellement en coton ou en coton et lin mélangé, très agréable en tenue d'intérieur. Le samue et le jimbe ont une veste croisée fermée par des liens et un pantalon ou un short pour le jimbe ceinturé d'un élastique et d'un lien. Le jimbe possède des coutures ajourées.

 

JUTTE ou Jitte : arme traditionnelle japonaise utilisée principalement au cours de la période féodale de l'histoire du Japon. Elle est similaire au Sai, mais ne possède qu'une seule « griffe », contrairement au Sai, qui en a deux.

 

JO : bâton moyen est une arme traditionnelle japonaise en bois d'une longueur de 1,28 mètre et d'un diamètre de 2,6 centimètres environ. Il est utilisé lors de la pratique de l'Aïkido (aiki-jo), du Jodo et du Jo-jutsu.

 

K

KAMA :  faucille utilisée par pair qui servait à couper les tiges des céréales et du riz. C'est une des armes les plus courantes du kobud? d'Okinawa, avec le tonfa, le nunchaku et le Bo.

 

KASHIRA : extrémité et terminaison de la Tsuka (poignée d’un sabre japonais). Pratiquement toujours en métal, allant toujours de pair avec le Fuchi en termes de décoration.

 

KATANA : sabre japonais. Arme blanche courbe à un seul tranchant, il est porté glissé dans la ceinture ; tranchant dirigé vers le haut.

 

KEIKOGI : « vêtement d'entraînement » ; il est composé de keiko (la pratique, l'entraînement, l'action) et de gi (vêtement, tenue). On parle parfois de dogi, « vêtement de pratique de la voie » ; la veste est parfois désignée par le terme shitagi, littéralement « sous-vêtement », et qui était la veste portée sous l'armure par les samouraïs. Il désigne la tenue utilisée pour l'entraînement aux budo, que l'on appelle aussi à tort kimono. En judo, on parle de judogi, au karaté on l'appelle karategi, et au taekwondo on le nomme dobok ou dans les arts martiaux vietnamiens vo phuc. Il est simplement appelé keikogi par les aïkidokas.

 

KENJUTSU : « technique du sabre », est l'art du sabre des samouraïs. Le maniement du sabre appartient aux anciens arts martiaux japonais et entre dans la catégorie des bujutsu, techniques guerrières du Japon féodal.

 

KIMONO : « chose que l'on porte sur soi », vêtement traditionnel japonais. Il est souvent confondu, à tort, avec les vêtements d'entraînement des arts martiaux (keikogi, judogi, karategi). Avant l'introduction des vêtements occidentaux au Japon, le terme kimono désignait tous les types de vêtements ; de nos jours il se réfère à la robe traditionnelle japonaise, de forme T, portée essentiellement pour les grandes occasions.

 

KONPEKI : Bleu Foncé (Couleur).

 

KORYU : « École ancienne », désigne les écoles d'arts martiaux japonais antérieures, du point de vue de leur fondation, à la restauration Meiji (1866) ou à l'Édit Hait?rei (1876), qui interdit le port du sabre.

 

KUMITE : « groupe de main »,  combat conventionnel du karaté. Le kanji 'kumi' signifie « groupe » et le kanji 'te' désigne la main, ce qui implique le fait de travailler à deux et non pas de manière isolée.

 

KUNAI : Arme blanche en forme de feuille et une poignée avec un anneau sur le pommeau pour attacher une corde. Utilisée par les ninjas autrefois, et pouvant servir comme arme de lancer, comme d'une aide pour escalader, comme d'une attelle, comme outil pour crocheter des portes et autres.

 

KURO : Noir (Couleur). Exemple : Saya Kuroro, Saya noir Laquée.

 

KUSARI-KAMA ou Kusari-gama : Association de la chaine ‘Kusari’ et Faucille ‘Kama’. Arme blanche développée au Japon au XIIe siècle par des paysans, soucieux de se défendre. En effet, n'ayant pas le droit d'utiliser un katana, et étant trop pauvres pour acheter une lance, un couteau ou n'importe quelle autre arme, les paysans ont utilisé dans leur intérêt défensif leurs outils, comme les faucilles kama, les serpes, les truelles (kunaï) et autres.

 

KUSARI-CHIGIRIKI : Arme du Japon féodal, constituée d'une jitte surmontée d'une chaine, reliée elle même à une boule ou un boulet, métallique ou en bois. Le kusari chigiriki a été principalement utilisé par les policiers et par les ninjas.

 

L

M

MEKUGI : goupille de bambou qui fixe la lame à la tsuka. La soie (nakago) de la lame et la tsuka sont percées, et le mekugi les traverse de part en part.

 

MENUKI : broche d'ornement sur la poignée, elle aide également à la saisie ; elle n'est pas posée au même niveau sur la face omote que sur la face ura.

 

MURASAKI KOKUTAN ou Tetsuboku : ébène pourpre Japonais, le nom donné au bois du cœur produit par plusieurs espèces d'arbres de la famille des Ebenaceae. D’une couleur ambrée très caractéristique, ce bois est légèrement rugueux au toucher. Dense et lourd, parfaitement adapté pour les suburis et les pratiquants appréciant la pratique avec un bokken lourd. Comme le Biwa et le Sunuke, le Murasaki Kokutan est coupé après 150 à 200 ans d’âge.

 

N

NAGINATA : arme japonaise, proche du fauchard à lame courbe, utilisé pour pratiquer le naginatajutsu. Cette arme, particulièrement appréciée par les moines et pouvant atteindre jusqu'à deux mètres en longueur, était utilisée autrefois sur les champs de bataille pour couper les jarrets des chevaux. C'était une arme également efficace dans le combat à mi-distance contre un guerrier à pied.

 

NOREN : Le noren est un court rideau en tissu fendu que l'on accroche à la porte d'entrée des magasins ou des maisons au Japon. Il porte généralement le mon de la famille ou sert d'enseigne au commerçant.

 

NUNCHAKU: fléau à deux branches utilisé comme arme dans différentes écoles et disciplines martiales d'origine asiatique. La dénomination japonaise "nunchaku" est utilisée dans les kobudo de l'archipel Okinawa.

 

O

OBI : ceinture large et très longue, faite de tissu. Les obis des hommes mesurent environ 8 cm en largeur, alors que ceux des femmes font au moins 12 cm jusqu'à 30 cm de largeur, la moyenne étant 15 cm. Aujourd’hui, les obis sont utilisés avec le port du Hakama en Aïkido, Kenjutsu, Kendo, Iaido...

 

P

Q

R

S

SAI : Arme asiatique qui dérive peut-être d'un outil agricole tel qu'une pique à fruits. Il a été principalement utilisé dans l'archipel d'Okinawa. Le saï ressemble à un trident qui ne tranche pas mais permet de piquer.

 

SAGEO : Petite corde unie ou tressée, en coton ou en soie destinée à maintenir le saya sur le obi lorsque le sabre est porté. Etant aussi parfois utilisé à tirer le sabre après s'en être servi comme marchepied, de lien entre le fourreau et le sabre afin d'utiliser l'ensemble comme un fléau, ou encore de garrot.

 

SAMUE : Le samue est le vêtement porté traditionnellement par les japonais dans les occupations salissantes. Aujourd'hui se sont les artistes, artisans et moines qui le portent dans leurs activités mais tous les japonais continuent à l'apprécier comme vêtement de détente portable à l'intérieur comme à l'extérieur. Traditionnellement en coton on peut le trouver en toutes sortes de matières suivant l'usage que l'on lui réserve.

 

SAME ou Samegawa : Peau de requin ou de raie pastenague qui recouvre le bois de la tsuka ; cette peau (contenant de la silice) est collée autour ou sur chaque flanc de la poignée servait notamment à l'extrême rigidité de celle-ci.

 

SAYA : Fourreau fait de bois de magnolia qui, bien séché, est absorbeur d'humidité, limitant l'oxydation des lames ; il est recouvert de laque traditionnelle (22 couches) d'aspect lisse ou granulé à motif avec ou sans incrustation ; celle-ci avait deux vertus : rendre étanche l'ensemble sabre fourreau, et rigidifier le fourreau fait de magnolia fragile.

 

SEPPA : Parties métalliques entre le tsuba et le habaki ainsi qu'entre la tsuba et la tsuka, guidant la soie (nakago) lors de son insertion dans la tsuka et servant à réduire le jeu inévitable avec le temps entre tsuka, tsuba et habaki.

 

SETTA ou Seta : sandales japonaises formées d'une semelle plate et de deux lanières rondes passant entre le gros orteil et le second orteil. Les settas se différencient des zoori par une semelle plus fine, en cuir ou caoutchouc.

 

SHAKEN : armes de lancer et frappes, en forme d’étoiles.

 

SHAKU : Anciennes unités de mesure japonaise encore utilisées dans l'artisanat traditionnel, comme les sabres (katana) et arcs (yumi). 1 shaku est une unité de base et correspond à 30,3036 cm, soit environ 1 pied. Le shaku est divisé en dix unités appelées sun.

 

SHINAI : sabre utilisé en Kendo, formé par des lamelles de bambou maintenues par une gaine de cuir. Ce sabre permet de porter des frappes réelles sans danger, moyennant des protections corporelles, et est utilisé par les pratiquants du kendo.

 

SHINKEN : Katana authentique et aiguisé; il est utilisé principalement pour les coupes, comme dans le batto-do et le tameshigiri, contre des cibles constituées de tatamis ou de nattes de pailles roulées. Les hauts gradés en kenjutsu et en iaid? les utilisent pour passer des examens ou certains katas.

 

SHIRO : blanc (Couleur). Exemple : Shirogashi, Chêne Blanc.

 

SHIROGASHI ou Shirokashi : Chêne Blanc du Japon, est une espèce de chêne, famille des Fagaceae. Elle est originaire du sud du Japon, Kyushu et est utilisé dans la fabrication des armes en bois pour les arts martiaux. Dur, solide, aux fibres serrées, il résiste bien aux contraintes physiques, le chêne de la région du sud Kyushu présente toute les qualités et est coupé après 70 à 80 ans d’âge. Le chêne blanc est un peu plus lourd et dense que le rouge (Akagashi).

 

SHURIKEN : arme traditionnelle japonaise de lancer et frappe, qui est utilisée dans le cadre du shuriken-jutsu. Cet art martial fait partie intégrante de l’étude des ninjas.

 

SUBURITO : Sabre en bois épais et lourd, destiné à s'entraîner aux coupes dans le vide (suburi).

 

SUN : Anciennes unités de mesure japonaise encore utilisées dans l'artisanat traditionnel, comme les sabres (katana) et arcs (yumi). 1 sun correspond à 3,03036 cm.

 

SUNUKE : bois Japonais issu de l’Isu No Ki ou Yusu. La partie centrale de cette arbre se nomme Sunuke ; appellation utilisée par les artisans du Kyushu pour parler d’un arbre « Isu no ki » ayant plus de 300 ans d’âge. Il s’agit d’une En effet, « su-nuke » signifie littéralement « sans cœur », car arrivé à un certain âge le cœur du tronc se creuse, le bois restant aux alentours se densifie et prend une couleur marron foncé. Son odeur spécifique et le touché doux du bois sont particulièrement agréable ; son apparence marbrée en fait un bois magnifique et son poids le rend particulièrement adapté à la fabrication de Bokken lourds. Le Sunuke est une essence de bois travaillé exclusivement dans la région de Kyushu.

 

T

TABI : forme traditionnelle de chaussettes japonaises. Elles montent soit jusqu'à la cheville, soit jusqu'à mi-mollet et séparent le gros orteil des autres orteils. . Elles sont utilisées pour porter des geta ou des z?ri en complément du kimono traditionnel ou du yukata.

 

TANBO ou Tambo : bâton court est un bâton d'une longueur de 45 à 60 centimètres. La façon de le manier constitue un art martial à part entière, appelé tanb?-jutsu. Cette arme peut être utilisée pour frapper, effectuer une clé, étrangler, bloquer ou projeter.

 

TANTO : Couteau japonais légèrement courbe à un seul tranchant dont la taille de la lame est inférieure à 30 cm.

 

TENUGI ou Tenugui : sorte de fine serviette japonaise en coton. Elle mesure généralement 35 par 90 centimètres et imprimée. Il est utilisé comme n'importe quelle autre serviette, pour la cuisine, les mains, la vaisselle, mais également comme souvenir ou décoration. Les serviettes-éponges ont actuellement largement remplacé son utilisation dans la maison. Les tenugui restent cependant très utilisés pour se couvrir la tête au kendo et kenjutsu et éviter à la sueur de couler dans les yeux.

 

TESSEN : arme blanche japonaise en forme d'éventail qui se présente soit comme un éventail fonctionnel, constitué de pales liées entre elles et dépliable (ce qui présente l'avantage de pouvoir affûter les pales de façon à rendre l'arme tranchante), soit comme un bloc d'acier (renfermant parfois un couteau à l'intérieur) qui a la forme d'un éventail replié et qui sert à frapper et à parer.

 

TSUBA : garde des sabres japonais. Son rôle est de protéger la main et de l'empêcher de glisser de la poignée (tsuka) sur le tranchant de la lame.

 

TSUKA : Poignée du sabre japonais, Katana. Constituée de deux coques de bois de magnolia entourant la soie de la lame, recouverte du Same et entourée du Tsuka Himo.

 

TSUKA HIMO : Aussi appelé Tsuka ito ou Tsuka maki. Laçage de tresse spéciale, traditionnellement en soie ou coton, ou encore de cuir. Entourant de la poignée, elle permet une meilleure préhension ainsi que le maintien les deux coques constituant la tsuka. Il existe différents types de laçage en fonction de l'utilisation du katana.

 

U

V

W

WAKIZASH­­­­­­­I : sabre japonais courbe similaire au katana mais en plus petit, dont la taille se situe entre 30 et 60 cm.

 

WARAJI : sandales japonaises faites de corde de paille de riz. Elles sont composées d'une semelle et de lanières de corde, les lanières servant au laçage qui se fait autour de la cheville.

 

X

Y

YARI : lance japonaise d'environ 2,5m (voire 4 mètres pour certaines) à hampe et lame droite (sachant que différents embouts pouvaient y être accrochés). Les deux formes les plus courantes sont la lame droite symétrique à double tranchant et la forme ju-ji, en forme de croix (+ est aussi le caractère « dix », qui se prononce ju).

 

YUKATA : « vêtement de bain »,  léger kimono d'été. Son origine remonte aux onsen, lorsque les utilisateurs se servaient d'un yukatabira, un léger vêtement en lin. Quand les bains se sont démocratisés au Japon, le yukatabira a été remplacé par le yukata, vêtement en coton, beaucoup plus adapté que le lin.

 

Z

ZOORI ou Zori : sandales japonaises formées d'une semelle plate et de deux lanières rondes passant entre le gros orteil et le second orteil. Les zooris se différencient des settas par une semelle plus fine, en cuir ou caoutchouc.

 

Le Magasin
Le

Magasin

Newsletter
Inscrivez vous à notre newsletter.
Je m'abonne
Je me désabonne



Croix Rouge

Site réalisé avec PowerBoutique - solution pour créer un site web